L’artisan des galets chez decoethnique.fr

bali lundi 14 194Etonnant, étonnant, … comment avez-vous dit ? … étonnant ! ou alors dingue, fou, incroyable !

Jamais, je n’aurais imaginé fabriquer des jardinières avec des galets. Mais ils l’ont fait, et avec beaucoup d’imagination et d’astuce, et le résultat est esthétique. Oui, je sais, ce n’est pas la première fois que je vous en parle, mais les voir travailler me cloue le bec, me laisse les bras ballants … tant d’ingéniosité dans si peu de choses ! Je m’ébaubis à chaque fois. je vous laisse regarder la vidéo prise dans l’atelier ici l’artisan des galets. L’ambiance est très détendue chez cet artisan, c’est madame qui gère les affaires avec les enfants qui courent partout, ou dorment dans le petit bureau. Une manière de travailler bien plus détendue que dans notre stricte Europe.

decoethnique.fr l’artisan des galets , cette montagne de jardinières de toutes les couleurs et de toutes les formes me donne toujours l’envie de jouer, pouf pouf … dans la famille des jardinières bonsaï, je voudrais … la rose ! Tout est possible et réalisable, je rêve de repeupler les jardins de nos fameux châteaux royaux de jardinières ethniques artisanales en pierres ! Chaque fois que je croise une belle plante dans un bac en bois peint en blanc, je verse une larme. Malheur à Paris qui en regorge ! Quel manque d’imagination dans la décoration de nos jardins institutionnels, que de conformisme ! Lâchez-vous et appelez-moi !

jarre colonne-IMG_6118D’ailleurs celle-ci est très classe : jarre en marbre, je la vois bien aussi dans le rôle du cendrier, dehors, entre deux arcades à l’entrée d’un hôtel ou sur une belle terrasse.

Publicités

Le souffleur de verre bien caché

arbre sacréL’année dernière, je m’étais perdue dans la jungle avant de trouver mon souffleur de verre. Pour éviter la même situation cette année, des précautions ont été prises…. qui n’ont servies à rien. A force de chercher le gros arbre (à priori un bon repère en face de chez lui) …nous sommes arrivés dans une impasse où des enfants jouaient entre les poules … après 30mn de tours et détours … et remerciant la déesse des télécommunications locales, nous avons faits appel à SOS GPS en direct, allô ? on est perdus !!! heu oui … comme l’année dernière mais pas au même endroit … on a dû résussir à faire 100 mètres de plus sans se tromper !!! c’est une amélioration notable. Vous nous envoyez quelqu’un à la station service pour nous chercher ? c’est gentil, merci ! Bon, demi-tour … elle est où la station service ? heu, sir, excuse me, do you know where is the gasoline station ? super, il nous amène à la station. Evidemment, on s’est de nouveau fait repérer … à peine à la station, une jeune et jolie demoiselle en scooter nous fait des signes et baragouine une chose incompréhensible …  on va la suivre, elle à l’air de savoir ce qu’elle a à faire, elle doit être l’envoyé spécial repêcheur d’européens paumés. Et voilà, le gros arbre, ou plutôt le gigantesque arbre sacré, qui est effectivement un bon repère !! Réseau de racines exceptionnel !

four pour soufflage de verre

Four à température pour fusion du verre

Et nous voilà …  chez mon souffleur de verre génial. Le succès l’a obligé à s’entourer de façon conséquente pour répondre à la demande de ces derniers mois. Les fours sont rougeoyants, et les pipes sont en action continue, … pendant la journée de travail seulement, à 5H, tout le monde rentre chez soi. Travail intense, mais respect de l’humain. Ca me plaît. artisan souffleur-de-verre

 

 

fabrication artisanale vase

Mise en forme d’un vase

La preuve ultime que les vases sont bien soufflés à l’ancienne ! On travaille en équipe sur des fauteuils en bois avec de solides accoudoirs qui servent de supports aux pipes. L’un donne la forme au vase et l’autre souffle dans le tuyau relié à la pipe. Il faut un souffle dosé correctement et continu pour que la forme soit régulière. En même temps, l’autre doit gérer la fluidité du verre en fusion, qui a une furieuse tendance à couler là où on ne voudrait pas. Pas question de rattraper quoi que ce soit si ça coule de trop, c’est chaud!

 

 

fabrication artisanale de vase

Application d’un couvercle de verre en fusion

Puis, on rajoute des couvercles ou socles, ou anse en fonction du modèle. La meilleure colle est du verre en fusion appliqué adroitement au bon endroit au bon moment. Une version du just in time.

Le port de chaussures de sécurité n’est toujours pas obligatoire … un jour peut-être !! C’est vrai qu’il fait très chaud, des chaussures seraient une torture. Distribution d’eau à volonté pour compenser l’évaporation. Est-ce que j’entame une bataille d’eau avec ces jeunes courageux ?

 

L’artisan des fibres végétales

devinette 2Un artisan tirant parti des végétaux pour fabriquer des meubles sur les principes de bases de la tapisserie.  C’est ce que j’ai découvert en visitant cet atelier. J’ai eu une pensée pour les dames d’antan dans les châteaux pleins de courants d’air froid, qui profitaient de la lumière du jour pour faire leur tapisserie. Sauf qu’ici, il ne fait pas froid, ce ne sont pas des femmes, et c’est plus qu’un loisir, c’est leur travail. Finalement, il n’y a pas vraiment de liens ! L’avantage de ces matériaux, c’est qu’on peut fabriquer à peu près n’importe quoi, des formes bizarres, comme ce fauteuil de méditation (où la position du lotus est recommandée). Mais visitez plutôt cet atelier avec le lien ci-après :

Pour découvrir l’atelier de l’artisan des fibres végétales

Le fabricant de lampes en bananier

Mon guide me propose d’aller voir un petit fabricant de lampe. Et nous sommes repartis dans les sentiers chaotiques, les branches d’arbustes me font la bise par la fenêtre ouverte … en passant … et je reçois même des petits insectes divers et variés en cadeau ….

commande lampeNous arrivons au fond d’une allée (ça devient une habitude), un hangar légèrement surélevé est encadré par des grands bassins d’eau douce remplis de poissons rouges … dopés aux hormones de croissance vu la taille ! La passion de l’artisan des lieux ! Il aime travailler à coté de ces gros poissons rouges. Sa deuxième passion est de fabriquer des lampes. Hier il a terminé une grosse commande de longues lampes filiformes en bois. C’est emballé, prêt à partir.  En passant, il nous dévoile une lampe, à monter composée d’un support en bois et d’un morceau de cuir en guise d’abat-jour.

Poste de travail atelier lampeAujourd’hui, il a décidé de fabriquer une série de lampes en bananier. Son poste de travail est tout prêt, il allait se mettre au travail. Son tas de feuilles de bananier devant lui, son petit siège à hauteur du sol et sa radio.

 

 

échoppe de lampeIl nous propose gentiment d’aller plutôt voir son magasin. Et nous voilà repartis pour le magasin, qui s’avère être une micro-échoppe remplie de lampes originales. C’est très ethnique comme style, les lampes sont posées à même le sol dans un joyeux pêle-mêle.

L’ébéniste du teck

Pendant mes déambulations, un magasin de meubles en teck avait piqué ma curiosité pour l’originalité de ses modèles, et je voulais en savoir un peu plus sur la fabrication. Me voilà donc partie pour la fabrique … Un grand hangar avec un étrange squelette d’arbre qui vous salue à l’entée.

stock de boisL’ébéniste, propriétaire des lieux me fait visiter son antre … le stock de matières premières en plein séchage, c’est-à-dire en plein courant d’air. L’exploitation des essences est contrôlée et limitée, et acheter du bois en Indonésie requiert une autorisation. Le trafic de bois illicite est sévèrement puni.

poste de travail

Les artisans travaillent ici comme ailleurs, par terre, chacun son petit tapis, sa petit place. S’ils ne veulent pas venir travailler, ils restent chez eux ou règlent leurs affaires sans que cela ne porte à conséquence. Ils sont payés à la tâche et travaillent à leur rythme. Keep cool, c’est la règle. Je dois être la première à les photographier, et cela les fait bien rire.

atelier

Les outils trainent par terre, branchés,  j’ai peur pour ces pieds nus qui passent à côté. Mais jusqu’à présent, ici,  aucun accident n’a été recensé. Il faut préciser que travailler par terre est une demande de la part de ces artisans. Ils se sentent plus à l’aise comme çà.

atelier peinture

L’atelier peinture est le plus complexe que j’ai vu. Sans ouverture à l’extérieur, une vraie recherche a été menée pour protéger le salarié des émanations  des produits.  Plusieurs masques ont été testés avant de trouver celui qui pouvait allier protection et confort, un masque à cartouche.

Au détour d’un mur, je tombe en arrêt devant une superbe console, fine, aux lignes épurées, et à l’allure design. L’artisan ébéniste m’explique que maintenant le mobilier a été réduit à sa plus simple expression, que la sobriété est de rigueur.

table en suar

Plus loin, je traverse une zone de pièces de rebuts, une énorme pièce de bois poussiéreuse attire mon regard, c’est une table, un bureau, une console … au choix, mais c’est impressionnant, avec ses 1,5 m de long ce morceau de tronc d’arbre est imposant.tronc

La conversation est animée, ouverte et intéressante, j’apprends  qu’en chauffant le bois, il peut se cintrer, et que cela ouvre des perspectives plus étendues de création . J’apprends que le teck … c’est fini ! ce bois est exploité depuis si longtemps qu’il n’existe plus de teck naturel, tout provient de forêts replantées. Un nouveau bois prometteur fait son entrée sur le marché : le suar. Je n’ai jamais entendu parler de cette essence mais que c’est beau, on dirait de la roche.carte visite

Une des visites les plus enrichissante que j’ai faite. L’envie de créer du mobilier nouveau est flagrant dans cet atelier, ainsi que le besoin de travailler des bois différents, de rechercher de nouvelles essences, et d’expérimenter différentes techniques. Le travail est minutieux et bien fini, et le mobilier est d’une très belle qualité.

L’artisan du cuir

Et je repars à la découverte des artisans… aujourd’hui… circulation habituelle… conduite sinueuse à travers les voitures, les 2 roues pittoresques, les piétons à roulettes … encore une grande rue passante et on s’arrête devant un hangar. chaise en peau tresséeSont exposés des fauteuils et chaises en cuir et en peaux.  A première vue, c’est sympa, mais à y regarder de plus près, c’est encore mieux : le  cuir a un aspect velouté et le toucher est à la hauteur de l’aspect, c’est doux, d’une douceur que je n’ai pas encore trouvée chez nous. Des chaises en peau à poils donnent une touche légèrement trophée de chasse, même si ce n’est visiblement pas du lion ou de l’antilope. Ma curiosité est éveillée et je demande à visiter les ateliers. On y travaille dur, l’art du meuble en cuir exige patience et savoir-faire.

préparation pied de chaiseLe support en bois est d’abord préparé avec soin, poncé jusqu’à obtenir un lissé qui ne risque pas d’abîmer le cuir.  Si le port du masque est recommandé pour protéger les poumons des poussières de bois, en revanche, les ouvriers travaillent pieds nus, entre les outils électriques. Les normes de sécurité sont bien différentes de notre pays. D’un autre coté, porter des chaussures de sécurité par cette chaleur doit être insupportable.

 

ajustement du cuir sur chaisePuis j’observe le travail du cuir…  c’est fastidieux ! Quelle patience ! 100 fois sur le métier tu remettras l’ouvrage… c’est la phrase qui m’est venue en voyant ces mains expertes plisser et étirer le cuir pour que la peau épouse la forme du coin ou du creux.

 

pli dessous de pouf en peauJe ne sais combien de fois chaque coin est travaillé avant d’être fixé. Ici, l’ouvrier a repris 5 fois le tissu du dessous de ce gros pouf avant de le fixer. Je le trouvais très bien dès la première fois, mais cela ne semblait pas lui convenir, malgré le fait que ce pli ne se verra pas puisqu’il est en dessous.

 

pose de cuir sur siège de chaiseLes hommes travaillent dans des demi-hangars, à l’air et à la lumière de l’extérieur. Malgré la petite bise (je parle d’un léger coutant d’air !), ils ont chaud, même si le rythme de travail n’est pas frénétique. Le soucis du détail prime, et les peaux fragiles sont manipulées avec soin. Ici, préparation d’assise de chaises.

 

 

atelier de peinture en plein airL’atelier de peinture m’a laissée perplexe. C’est sûr qu’à ciel ouvert, les émanations de produits chimiques s’évaporent mieux, mais quand il pleut, du coup, j’imagine qu’on ne travaille pas.

 

  

La dextérité, le sens des proprotions permettent à ces hommes de fabriquer ce que l’on veut. J’ai montré un fauteuil, pris en photo dans un centre de massage, et l’imagination de l’artisan a fait son oeuvre. Yes madam, I can do that, do you want like this ? et il me sort un morceau en cuir brun, avec un tressage intégré. Je ne sais pas comment il est possible d’intégrer un tressage dans un morceau de cuir comme çà ???  Il me propose de faire le fauteuil avec ce tressage pour y ajouter une touche plus originale. In wich color do you want it ? C’est génial !

couleur de cuir

L’atelier perdu du meuble en teck

Encore une journée chaude, comme toutes celles que je passe en Indonésie… 35° toute la journée, lever du soleil à 6h et coucher à 6h30. Aujourd’hui, le chauffeur m’emmène par de petites routes chaotiques… je me demande si on ne va pas y laisser une roue, d’ailleurs je n’ai toujours pas compris comment nous n’avions pas encore rayé la voiture de location, tant la circulation est … je ne trouve pas les mots … différente ! Moi qui ne craint pas la circulation dans Paris, même pas peur au rond point de l’Etoile !… et bien ici…. Je suis tétanisée par toutes ces mobylettes qui frôlent en permanence la voiture. On va bien finir par en culbuter une avec tous ses passagers ! Mais le chauffeur a bien le flegme local, il conduit le véhicule sans plus d’émotion… comme un poisson dans son bocal d’eau ! Je me demande quand-même où il m’emmène comme ça, on ne voit plus  personne. Seules âmes qui vivent : un chien famélique, un coq chatoyant, une vache à belles côtes saillantes… nous longeons un grand bâtiment en parpaing, et … arrêt derrière une haie ! Ca y est, on est arrivé, mais où ????? 

 

finition sur meuble en teckDans une « usine » de fabrication de meuble en teck, bien différente des nôtres. Ici, les usines ne sont pas équipées de machines-outils, mais d’artisans, munis de quelques outils. Je traverse une succession d’ateliers, il fait 40°, malgré les ouvertures, il y a peu d’air qui circule. Tout le monde est équipé d’un masque pour se protéger de la poussière du bois de teck, réputée irritante. Gentiment, on me propose un masque, mais j’opte pour la suffocation à la poussière de teck.

 

arasge des arêtes sur meuble TV en teckLe teck arrive de Java et les meubles sont fabriqués à la main. Ici, l’artisan procède à l’arasage des arêtes d’un meuble TV en teck avec un papier de verre. Il va poncer et vérifier le rendu en caressant le bois de sa main, jusqu’à obtenir la douceur recherchée.

       

rebouchage de trous

Cet artisan-ci rebouche les minuscules interstices du bois et égalise la surface au couteau. Il vérifie aussi l’équerrage. Lui aussi va passer sa main sur toutes les surfaces pour vérifier au toucher que le bois soit bien plane.

 

    

pose de fermetureCelui-ci a immobilisé un montant de porte en s’asseyant dessus pour y noter le postionnement d’une fermeture. Ce n’est pas très commun comme technique chez nous, mais cela paraît efficace. Très concentré, il ne réagit même pas à mon passage, il est vrai que le bruit de la radio et des ponceuses électriques couvre les conversations.

 

travail sur battant meuble TV en teckAssis sur un minuscule tabouret, une porte de meuble TV maintenue sous la jambe, cet artisan, muni d’un marteau, prépare l’encoche pour le système de fermeture de la porte.

console plateauLes femmes travaillent également, sur des travaux moins physiques. Cette jeune fille vient de terminer de poncer un plateau et me montre fièrement comment il s’emboite sur le support. C’est une commande pour un restaurant et cela doit être parfait.

 

 

finition au pinceau sur etagereL’atelier de finition  pour la pose de l’huile teintée. Ici, les retouches demandent de la précision et de la patience, c’est un travail qui nécessite rigueur et attention. Pas de bruit ni radio dans cet atelier. Je me demande si c’est la soeur de la jeune fille précédente, elle lui ressemble.

 

Je continue mon chemin parmi ce dédale de jeunes, affairés et concentrés sur leur travail, et tout au bout des ateliers, au milieu du rebut, une chaise de bar, perdue dans la poussière de teck. Elle est presque terminée… mais la commande a été annulée, elle s’est donc retrouvée au coin! j’en ai pitié et pour un peu je l’adopterais.

chaise perdue au milieu de l'atelier

C’est une ambiance particulière qui règne ici, un mélange de sérieux et de flegme. Les conditions de travail semblent difficiles, mais je ne ressens pas de pression, pas de notion de productivité. Chacun travaille à son rythme et tout le monde a le sourire, … sous le masque. J’admire les meubles créés, ils sont beaux, tout simplement, les lignes sont simples et épurées. Le teck est travaillé, embelli.

 

table basse en teckCombien de fois cette table a -t-elle été caressée pour obtenir ce lissé, ces arêtes franches mais pas tranchantes, cette régularité de la teinte ?

  

bibliotheque en teck naturel

Combien d’heures de ponçage sur cette bibliothèque pour obtenir ces arrondis ? Combien de retouches ? En regardant ces artisans travailler, il m’ont donné l’impression de développer une relation avec le bois, comme une histoire, le temps du meuble…

 

 Combien de fois les portes et tiroirs de ce buffet ont-ils été ouverts et fermés pour tester les mécanismes ? Je les ai vu, ouvrir et fermer, reprendre et ajuster jusqu’à obtenir la fluidité du mouvement. C’est comme s’ils apprenaient à la porte à se fermer… « tu vois c’est comme çà qu’il faut faire » … toc…. « doucement » …  « sans trop de bruit » ….. « recommence » ….

buffet teck

 

 

Canapé en teck massif

canapé en teck

Ma première visite de fournisseur a été un petit fabricant de meuble en teck, qui possédait un petit magasin au dessus d’un petit atelier. D’emblée, je suis surprise par la grandeur des meubles. Sans être massifs ou lourds, ils ont une dimension plus grande et une épaisseur qui donne du corps au meuble, sans doute à grâce à l’utilisation de vrais morceaux de bois massif. En voyant ces meubles, j’ai l’impression que notre mobilier occidental est fait de  planches. Finalement, peut-être que le magasin n’est pas si petit.

 

canapé d'angle en teck

Les canapés en teck sont courants ici, alors qu’il est difficile d’en trouver en France. Les lignes sont très épurées, le design contemporain a été adopté par la population locale, du moins ceux qui ont des revenus suffisants. Le bois est beau, et invite au toucher.

 

Evidemment ma curiosité n’a pas été satisfaite sans voir l’atelier. Qui travaille ces bois et comment ? C’est là queatelier chaise teck ma stupéfaction s’est accrue de manière vertigineuse. Les artisans n’ont pour ainsi dire pas d’outils, ou si peu… ils travaillent dehors, il faut dire qu’à l’intérieur la température grimpe vite alors que dans un courant d’air,  à l’ombre de la ruelle, la chaleur est plus facile à supporter, surtout lorsqu’on travaille physiquement. Produire des meubles, avec de si grosses pièces de bois et si peu de moatelier extérieuryens, relève du défi pour nos cerveaux d’occidentaux. Cela forge l’admiration, la mienne en tous cas. Je n’ose même pas imaginer la levée de boucliers des syndicats si une entreprise essayait de faire travailler ses employés dans ces conditions. Visite de l’inspection du travail assurée dans la journée, avec la télévision et les journalistes. Et pourtant, ces artisans ont le sourire.